Rouler en sécurité : conseils

Le bon sens est de bon conseil :

en ville, le risque d’être gravement blessé ou tué est du même ordre à vélo qu’à pied ou en voiture. C’est en rase campagne que le risque d’accident cycliste est le plus élevé.

Reste à connaître et adopter quelques gestes simples :

1. Je roule à droite… mais pas trop !

Je suis plus en sécurité en laissant1 mètresur ma droite  (piétons qui surgissent, voitures qui débouchent, portières qui s’ouvrent, caniveaux mal joints, bouches d’égout…).

2. Quand la rue est étroite et à sens unique, je roule au milieu plutôt que de me laisser doubler et serrer.

L’automobiliste qui me suit s’impatiente ? Mieux vaut ne pas réagir plutôt que de l’énerver plus encore.

3. J’indique que je vais tourner en tendant le bras.

4. Je regarde bien dans toutes les directions avant de tourner et pendant que je tourne.

5. Quand la chaussée est humide ou grasse, je pense à freiner plus tôt et à tourner moins vite.

6. Une situation me fait peur ? Je n’ai pas honte de descendre de mon vélo et de passer à pied en le poussant. Ca vaut mieux que de prendre des risques…

7. Lorsque les voitures de ma file sont arrêtées, je les dépasse en roulant au pas et en faisant très attention aux portières : elles peuvent s’ouvrir à tout moment.

8. J’évite au maximum de dépasser des bus ou des poids lourds : leur angle mort est très dangereux, surtout à l’arrière et sur leur côté droit.

9. Lorsque je croise une voie ferrée (passage à niveau ou tramway), je croise les rails le plus perpendiculairement possible. De manière générale, la majorité des voies de tram est interdite aux autres véhicules, y compris aux vélos.

10. Une bonne position assure une bonne vision. Ne vous penchez pas trop sur le vélo. Plus vous êtes droit, plus vous avez une vision large de ce qui vous entoure.

Un rétroviseur peut s’avérer très utile.

11. Les oreilles sont d’une aide précieuse. Proscrivez le baladeur et les écouteurs qui vous coupent de votre environnement.

12. Tout ce qui traîne peut être dangereux : sac à main, écharpe trop longue…

13. Si j’ai un casque, je le porte le plus souvent possible. Ca n’est pas obligatoire, mais ça peut me sauver la vie en cas de chute.

14. J’ai un avertisseur sonore en état de marche (sonnette, corne…) ; c’est très important sur les voies partagées avec les piétons, qui n’entendent pas arriver les vélos.

15. La nuit, j’ai un éclairage avant / arrière qui fonctionne. Certains cyclistes croient être visibles avec le seul éclairage urbain. C’est une grave erreur. Un gilet fluo, comme celui remis à chaque adhérent de Rueil A Velo, est un plus certain par mauvaise visibilité, même si la loi n’en oblige le port que la nuit hors zones urbaines.

Source : en particulier le Guide du cycliste urbain (FUB)

Publicités