Vol de vélo : que faire ?

Mieux vaut prévenir que guérir :

1. J’attache toujours mon vélo, même pour quelques minutes, même dans une cour, sur un palier ou dans un garage à vélos.

Je privilégie les lieux de stationnement où il y a du passage, plutôt que les recoins.

Un antivol supplémentaire de type anneau permet de bloquer la roue arrière.

2. J’attache mon vélo à un point fixe, en priorité le cadre et si possible une roue.

3. J’utilise un anti-vol en U haute sécurité, en évitant de le choisir trop grand ou trop long.

Pour faire votre choix, à ne pas manquer, le dernier test d’anti-vols de la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette) : ici.

4. Je place l’antivol le plus en en hauteur possible (40 cm du sol), ça le rend plus difficile à casser. Quand c’est possible, j’oriente le trou de la serrure de l’antivol vers le bas, pour éviter que la pluie n’y pénètre et pour le rendre moins accessible aux voleurs.

5. Je fais marquer mon vélo : il s’agit de faire graver son vélo et de disposer d’un numéro Bicycode sur un « passeport vélo ».

Chaque année, 1/3 des vélos volés sont retrouvés abandonnés mais il ne peuvent être restitués. Le marquage Bicycode permet de récupérer son vélo s’il est retrouvé. Le marquage permet également de dissuader les voleurs.

Rueil à Vélo organise ponctuellement des sessions de marquage gratuit.

6. Je me renseigne sur l’assurance vol de vélos proposée par la FUB. Appelez le courtier d’assurance Cirano au 09 70 80 90 54.

7. Gardez votre facture : elle vous servira en cas de vol, de revente ou si vous faites marquer votre vélo.

Source : en particulier le Guide du cycliste urbain (FUB)